LAURÉAT DES PRIX ÉMÉRITES 2014

Ce sont ces superbes propriétés qui créent la beauté de nos rues et notre voisinage et qui constituent un formidable héritage à léguer aux générations futures. L’Opération patrimoine architectural de Montréal nous invite à prendre conscience de la grande richesse de ce patrimoine bâti, de l’importance de bien l’entretenir et de la nécessité de le préserver dans le respect de ses caractéristiques architecturales d’origine.

Lors d’un événement public tenu le 9 octobre 2014 dans le hall d’honneur de l’hôtel de ville de Montréal, 18 propriétaires de résidence ont reçu un Prix émérite du patrimoine pour le soin méticuleux qu’ils ont su apporter à leur propriété.

C'est avec grand plaisir que nous vous les présentons.

Arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville

résidentiel

Prix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

3260, place Hélène-Boullé
Cette propriété a été construite en 1964, selon les plans de Blais-Rousseau architectes. De facture moderne, elle présente un volume simple. L’absence d’ornementation, la grande fenestration de l’étage, le retrait du rez-de-chaussée ainsi que le recours au béton sont des traits caractéristiques de ce style. La verticalité du revêtement de bois à l’étage s’oppose à l’horizontalité du rez-de-chaussée et la complète. Les portes d’entrée et du garage respectent le traitement architectural sobre de l’ensemble, ne se distinguant que par l’utilisation d’une couleur primaire.

Ville de Beaconsfield

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

3, avenue Glendale
Cette résidence d’inspiration canadienne construite en 1964 est composée d’un volume principal à toiture à deux versants en pente prononcée avec un garage attenant. Le toit prolongé de larmiers incurvés surplombe les façades avant et arrière. Les éléments architecturaux de cette composition traditionnelle imposent une distribution symétrique des ouvertures. Le revêtement est composé de brique d’argile et de clin de bois. Le fenestrage, à carreaux et à guillotine, a été bien entretenu. Du reste, l’ensemble du bâtiment est dans un état exceptionnel.

Arrondissement de Côte-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

3851, avenue de Hampton
Cette résidence d’inspiration anglaise typique de Notre-Dame-de-Grâce se présente telle qu’au jour de sa construction dans les années 1920. Elle se caractérise par sa volumétrie et la simplicité de son ornementation. Les portes et fenêtres d’origine, avec leurs verres plombés, la brique, avec ses motifs sobres, ainsi que les balcons de bois sont en parfait état. L’entretien général soigné et la conservation des éléments d’origine font de cette maison un témoin important de son époque.

Cité de Dorval

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

20, chemin du Bord-du-Lac
Construite en 1953, cette résidence dessinée par l’architecte Leslie A. Perry reproduit les caractéristiques architecturales propres aux maisons de ferme du 19e siècle, telles que la forme du toit, le revêtement de crépi orné d’une cheminée de pierre, les lucarnes et la simplicité de la composition. Elle se distingue par l’entretien minutieux de ses éléments d’origine, comme les boiseries et les portes et fenêtres de bois. Elle a conservé son cachet pittoresque initial malgré un environnement en constante évolution.

Arrondissement de LaSalle

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

325, rue Behrens
D’inspiration moderniste, cette maison unifamiliale construite en 1960 se distingue sobrement de son voisinage par sa composition horizontale minimaliste, sa fenestration abondante, ainsi que l’intégrité de ses volumes d’origine. L’état de conservation du revêtement extérieur en brique blanche, du garde-corps en surplomb des garages et de la porte d’entrée en bois massif témoigne de l’entretien minutieux du bâtiment.

Arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

551-559, avenue Aird
Construit en 1930, ce multiplex de cinq logements a fait en 2012 l’objet de rénovations majeures en façade. Les balcons en bois, avec leurs détails d’ornementation d’origine très flamboyants, ont été reproduits et réintégrés par les propriétaires actuels, de même que les trois acrotères qui couronnaient autrefois l’édifice. Le couronnement en ardoise a également été restauré. À noter que le bâtiment comprend toujours des portes et fenêtres en bois avec des vitraux.

Ville de Montréal-Ouest

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

215, avenue Brock Nord
Cette résidence unifamiliale datant de 1905 présente une toiture brisée, inspirée du style colonial hollandais, comportant une large lucarne en façade et un revêtement de bois gris foncé. L’ensemble est recouvert de bardeaux de cèdre, très présents dans l’architecture de la Nouvelle-Angleterre. Les fenêtres de bois d’origine et l’ensemble de ses détails architecturaux ont été conservés. La galerie avant, avec ses balustrades en bois ceinturant le bâtiment, ainsi que l’aménagement paysager confèrent à la propriété un aspect champêtre. Le bâtiment a fait l’objet d’importantes rénovations en 1947, notamment pour l’extension sud du deuxième étage, puis en 1991. Il est en excellent état.

Ville de Mont-Royal

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

217, chemin Normandy
Cette résidence de style moderne construite en 1959 a été conçue par l’architecte David Oberman, qui en demeure le propriétaire et l'occupant. Les caractéristiques d’origine ont été préservées grâce à un entretien soigné. Le style se distingue par les façades asymétriques, les larges débords de toit et la toiture inversée à pente faible soutenue par des poutres en porte-à-faux qui protègent la façade en verre du soleil d’été. L’aménagement paysager du terrain contribue également à la mise en valeur de cette architecture qui tranche avec celle du quartier.

Arrondissement d’Outremont

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

765, avenue Dunlop
Cette résidence unifamiliale de deux étages d’inspiration néoclassique a été construite en 1926. Le bâtiment est revêtu de briques avec allèges et médaillons de pierre. Il comprend un toit plat et un avant-corps dont la corniche profilée est recouverte de cuivre avec denticules de bois peint. De nouvelles fenêtres et portes en bois peint ont été installées et le porche surmonté d’un balcon avec garde-corps de bois peint a été restauré.

Arrondissement de Pierrefonds-Roxboro

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

45, 9e Rue
Ce bungalow de 1964 construit sur un niveau par les propriétaires actuels a conservé la plupart de ses éléments d'origine. La composition asymétrique de sa façade se démarque par une partie du toit en pente qui vient donner de la hauteur à la fenestration des espaces de jour. Grâce à un entretien rigoureux, le revêtement extérieur en pierre de marbre ainsi que les portes et les fenêtres de bois sont en excellent état.

Arrondissement du Plateau-Mont-Royal

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

3582-3584, rue Clark
Construit vers 1885, ce modeste duplex de deux étages possède un parement de brique d’argile rouge. Au fil du temps, il a conservé ses éléments d’origine, tels que la corniche et la petite marquise ouvragées, encore munies de toutes leurs boiseries. Les portes, les fenêtres et les contre-fenêtres en bois peint ont également été bien préservées.

Ville de Pointe-Claire

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

60, avenue Waverley
Bâti vers 1925, ce modeste bungalow puise largement dans le répertoire de l’architecture Shingle Style en ce qui a trait au choix des matériaux et des éléments décoratifs. Ses principales caractéristiques architecturales ont été maintenues en état : le parement en bardeaux de cèdre, les fenêtres en bois à battants avec charnières en métal, ou encore les corbeaux en bois soutenant le débordement de la toiture.

Arrondissement de Rosemont – La Petite-Patrie

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

6859-6861, rue Fabre
Construit vers 1930, ce duplex, typique de Rosemont, est un remarquable témoin de son époque, avec ses escaliers extérieurs en fer forgé et ses balcons avec colonnes en bois. Un entretien soigné et soutenu a permis de préserver les éléments architecturaux de la construction d’origine, tels que les portes en bois et les fenêtres à guillotine à pieds-droits. Le bâtiment arbore également la brique d’origine, avec un fronton à motifs sobres, ainsi que des linteaux ornementés en pierre reconstituée.

Arrondissement de Saint-Laurent

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

876, place Decelles
Érigée en 1957, cette résidence se démarque par son architecture moderne, unique dans le secteur, par la préservation intégrale de son apparence d’origine et par son entretien exemplaire. Conçu par les architectes Dufresne et Boulva, ce bâtiment présente les caractéristiques du style moderne : composition horizontale asymétrique, entrée vitrée marquée par la cheminée de pierre, fenestration abondante rythmée par les éléments structuraux. Ces éléments se prolongent pour supporter un profond porte-à-faux qui agit comme pare-soleil et souligne l’horizontalité du volume.

Arrondissement de Verdun

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

1003, rue Moffat
Ce modeste cottage construit en 1939 s'inspire du style colonial, avec son toit à deux versants à forte pente et sa composition de lucarnes symétriques. Il est dans un état de conservation exemplaire grâce aux efforts déployés pour l’entretien de ses différentes composantes au cours des dernières années, notamment des portes et fenêtres à guillotine en bois et à carreaux dans la partie supérieure. Ses appareils de maçonnerie d’argile rouge et brune sont également en excellent état.

Arrondissement de Ville-Marie

résidentiel

Prix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

1820, rue Tupper
De style architectural éclectique inspiré du Second Empire, ce bâtiment a été construit en 1875 au sein d’un ensemble de huit résidences jumelées. Une opération de restauration effectuée en 2010 ainsi qu’un entretien soigné au fil des ans ont permis au bâtiment de conserver ses détails ornementaux de pierre et de fonte, sa toiture d’ardoise, ses boiseries peintes ainsi que ses portes et fenêtres d'origine.

Arrondissement de Villeray – Saint-Michel – Parc-Extension

résidentiel

Prix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

8262-8266, rue Foucher
Grâce à des travaux d'entretien régulier et respectueux, ce triplex des années 1930 a gardé tout son cachet. Sa façade en briques d’argile avec insertion de pierre et son couronnement articulé ont été très bien entretenus au cours des années. Le bâtiment a aussi conservé ses portes et fenêtres d'origine en bois agrémentées de vitraux, ainsi que ses pieds-droits.

Ville de Westmount

résidentielPrix émérite du patrimoine  |  Catégorie résidentielle

24, chemin Ramezay
Influencée par le style néo-georgien, cette imposante résidence unifamiliale a été construite en 1932, selon les plans de l’architecte H. L. Fetherstonaugh. Ce bâtiment à la façade symétrique a conservé ses grandes fenêtres à carrelage et son toit en pente de tuiles d’ardoise avec sa bordure ornée de denticules. Les murs de pierre calcaire, à pignons découverts, culminant par d’imposantes cheminées, sont également en excellent état.

 

 

 

partenaires